Jean-Bertrand Aristide supporte Maryse Narcisse dans les rues de Port-au-Prince

aristide_et_maryseComme dans l’Artibonite, le Nord, le Nord-Est et le département du Centre, Jean-Bertrand Aristide a accompagné Maryse Narcisse, ce mercredi 21 septembre, dans les rues de Port-au-Prince.
Le rendez-vous était donné à la rue Champ-de-Mars. Les alentours sont en effervescence. Il n’y a presque plus de place. Et l’arôme de la jubilation se répand un peu partout. Des gens de tout âge, enfants, jeunes et adultes sont venus supporter le leader charismatique de Fanmi Lavalas qui tente à sa manière de transférer sa popularité à sa dauphine, Maryse Narcisse.

« Nous ne voulons pas d’argent pour aller voter Maryse Narcisse. C’est une question de dignité», a dit l’un des partisans de Fanmi Lavalas, avec son t-shirt aux couleurs du parti et à l’effigie de Maryse Narcisse, à Portail Léogâne. Tout près de celui-là, une jeune femme s’oublie dans la danse. Comme un coup de tonnerre, elle déclare : « Nous allons leur montrer que nous sommes puissants. Vive Jean-Bertrand Aristide! ». Un curieux qui assiste à cette manifestation populaire dit tout bas : « Mais ce monsieur n’est pas un candidat. Pourquoi ne pas dire vive Maryse ? Ces gens-là ne comprennent rien du tout. » Entre-temps, une odeur de marijuana remplit l’espace où se trouve un groupe de jeunes garçons. Et ils scandent : « Maryse sera élue qu'on le veuille ou non. Nous allons voter pour elle.»

aristide_et_maryse_paupÀ chaque fois Jean-Bertrand Aristide sort sa tête de la voiture pour saluer la foule, on entend des slaves d’applaudissements. Celui qui a juré que Maryse Narcisse serait au palais national comme présidente d’Haïti, le 7 février 2017, par de petits gestes de la main, salue la foule immense qui l’ovationne sur tout le parcours. Visiblement fatiguée, Mme Narcisse reproduit à la lettre les moindres gestes de son mentor, l'ancien prêtre de Saint-Jean Bosco. On peut observer deux camions qui diffusent de la musique pour l’animation et une bande de rara sur le parcours.

Le lendemain de son malaise au Cap-Haïtien, Jean-Bertrand Aristide avait déclaré que son parti représente la majorité qui va gagner la présidentielle du 9 octobre prochain. Toutefois, Fanmi Lavalas ne compte pas diriger le pays seul. C’est peut-être l’erreur qu’il avait commise dans le temps. « La sagesse demande que le parti majoritaire qui va gagner ces élections et le groupe minoritaire qui va les perdre travaillent ensemble pour que ce soit le pays qui gagne », a-t-il souligné, ajoutant : « Haïti n'en peut plus. Elle est trop malade ». Aujourd’hui, accompagné de Maryse Narcisse, le père fondateur de Fanmi Lavalas veut montrer que son parti politique compte toujours sur le support des quartiers les plus vulnérables de Port-au-Prince, dont Grand Ravine, à Martissant.

Pour sa part, lors de la présentation de son programme politique, mardi dernier, Maryse Narcisse avait invité ses partisans et sympathisants à la mobilisation générale pour que son parti revienne au pouvoir le 7 février 2017. Pour cela, ils ont sillonné, ce mercredi, plusieurs rues de la capitale : Rue Champ de Mars, rue de l'Enterrement, Portail Léogâne, Martissant jusqu’à Grand Ravine, Route des dalles, Bas Peu de Chose, rue Cameau, rue  Capois, Champ de Mars, Lalue, Nazon et Delmas.

Cette journée de démonstration populaire a pris fin sans le moindre incident.

Emmanuel Thélusma

temmanuel@lenouvelliste.com

No Comments Yet.

Leave a comment

You must be Logged in to post a comment.